Plaisir de comprendre

Message du Père Paul-Laurent

 Quel est mon chemin à moi pour être heureux ? 

 

Je me demande : quel est mon chemin à moi pour être heureux ? Nous ne sommes pas en compétition les uns envers les autres. On nous apprend depuis tout petit à se comparer aux autres : « Il est plus beau, il a les meilleurs jouets, il est le plus intelligent, … »

Et plus grand, on devient encore plus exigeant. Il nous faut avoir une plus grande maison, un plus grand standing, une meilleure forme, …. Il faut, il faut, il faut avoir !  Celui qui réussit sa vie devient celui qui a plus que tout le monde. Et qui dit compétition, dit conflits ; interne et externe.

Alors, en fin de course, est-ce que je suis heureux ?  Ce qui me rend heureux, à moi, ce n’est finalement pas ce qui te rend heureux, à toi. Alors il me faut chercher mon propre chemin de bonheur, qui n’est pas forcément le tien. Comment sortir de ce stress ?

L’objectif n’est pas d’arriver le premier, mais d’arriver au bout de notre vie, et en paix. Si on ne regarde plus autour de soi avec bienveillance, on perd des sources de joie. Si nous n’accueillons pas le présent, nous sous-estimons nos rencontres quotidiennes, et de la sorte nous écoulons notre temps à passer à côté du bonheur. Ce que je vous dis là, je me le dis à moi-même. Nous nous interdisons ce bonheur qui nous est promis parce qu’on se projette vers un futur qui nous échappe.

Demandons au Seigneur : « Seigneur donne-moi la grâce de ne pas me comparer aux autres et celle d’apprendre à les aimer et à les découvrir. Aide-moi à être heureux là où tu me plantes. L’Essentiel c’est d’être bien où je suis, et dans ma tête. Amen ! »


 La rédaction ajoute : Savoir se contenter 

 Un peu d’humour  

 

Si du ciel il te tombe des citrons,                                                                                                                    Apprends à faire de la citronade.                                                                                                                         Auteur inconnu

 

« Encore-vous ? Ma parole on vous invite presque autant que moi !                                                          -Que voulez-vous mon garcon, je ne peux pas vivre sans le monde.                                                            Quand on n’a pas de chevaux on laboure avec des ânes. Je prends ce qui se présente. » 

Film  mémoire de la télévision, La grande cabriole


>> À lire : Le bonheur dossier 2 : Bien gérer mes émotions


. Image : Pixabay – Peggy und Marco Lachmann-Anke

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *